Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 17:33
De Koufra à Dachau, de l'ebook à la version papier

Voilà enfin paru, en format papier, De Koufra à Dachau, l'épopée de la 2ème DB.

Suivi d'un historique de la 2ème DB, ce livre d'une centaine de pages, est un récit plutôt exhaustif de l'épopée du Général Leclerc et de ses hommes, depuis le désert lybien jusqu'au camp de concentration de Dachau, où son auteur,fut l'un des premiers Français à entrer. 

A la fois fois lyrique et très détaillé, comportant plusieurs anecdotes souvent très émouvantes, il a été vraisemblablement été écrit par un officier et un proche du Général Leclerc.

Je tiens à préciser que j'ai recopié le texte découvert dans les affaires de mon père, ancien chef de char en 44, sans rien modifier. Il s'agit certainement d'un premier jet d'écriture, peut-être dans le but d'écrire soit un livre soit un scénario. Vous constaterez donc quelques imperfections syntaxiques, imperfections qui rendent peut-être ce récit encore plus poignant qu'il ne l'aurait été, sans ce sentiment d'avoir été rédigé dans le feu de l'action.

 

 

Voici deux extraits, pris au hasard dans le livre :

 

"Après la victoire de Koufra, la saison des pluies vint interrompre pour plus de 8 mois les opérations proprement dites. Les forces du Tchad vont se livrer pendant cette période de l'organisation des arrières, à l'aménagement des bases de ravitaillement, à la mise en place des dépôts.

Au printemps 42 commencent les seconds raids, ils ont pour objectif le Fezzan.

Cette campagne sera menée par une succession de coups de mains audacieux. Ainsi le 28 février – épisode entre tant d'autres – le Lieutenant Dubut, accompagné de 2 caporaux et d'un partisan, pénètre dans le poste ennemi de Gatroun, à 500kms au nord de Zouar, matraque la sentinelle, fait prisonniers 3 Italiens, 12 Ascaris  prend 45 chameaux et 2 mitrailleuses. Le Lieutenant Dubut devenu Capitaine sera tué en Lorraine en octobre 1944.

Dans tout le Fezzan, des points situés parfois à 500kms les uns des autres tombent en 48 heures sous le contrôle français : Tedjere, Tmessa, Una-el-Aranes.

Les Français frappent partout à la fois. Les garnisons italiennes surprises sont terrorisées. La radio ennemie lance ordres et contre-ordres. Leurs avions dont les dépôts d'essence brûlent ne peuvent décoller. La panique totale est semée jusque dans les derniers postes de l'ennemi et tout le système défensif de Fezzan s'écroule."

 

****

 

"Le soir même, un motocycliste de Q.G. de la Division nous apporte l'ordre suivant « Mouvement immédiat sur l'Allemagne ».

En 24 heures, oubliant la fatigue et la chaleur, oubliant la poussière et nos prisonniers allemands qui ne nous intéressent plus, les régiments se regroupent, foncent une fois de plus sur les routes – Nancy, Sarreguemines – traversant la Sarre, Kaiserslautern en ruines puis le Rhin entre Mannheim et Karlsruhe, filent à toute allure sur les routes allemandes près de Stuggart, près de Ulm, puis au sud de Munich. Jour et nuit dans une charge impitoyable, ne ménageant ni le matériel ni nos forces, nous avançons toujours. Il s'agit avant tout d'être présent au plus intense de la débâcle allemande. Il s'agit de poursuivre au plus près de la montagne bavaroise, refuge naturel, les dernières unités organisées.

L'affaissement général s'accentue. Les civils depuis longtemps sans réaction et qui pavoisent dans leurs villages de drapeaux blancs sont maintenant noyés dans la migration de leur armée. Celle-ci capitule sur place par paquets ou bien, incroyable mesure d'une administration qui croit au papier et au tampon se démobilise d'elle-même, renvoie ses hommes chez eux avec un certificat de bonne conduite.

Nous cueillons un nombre croissant de personnages importants : Généraux, Ministres, certains du proche entourage de Goering et qui, au cours d'interrogatoires désabusés, lèvent un coin du voile sur l'avant dernier acte de la tragédie de Berchtesgaden.

Nous apprenons que, le 22 avril, s'est tenu là-bas, le dernier grand conseil des Nazis, celui qui a décidé et annoncé au monde qu'Hitler subirait le sort de Berlin.

ce qui reste des pontons du débarquement

ce qui reste des pontons du débarquement

De Koufra à Dachau, de l'ebook à la version papier
Repost 0
Published by Agnès Lambert ; romancière, nouvelliste - dans 2ème DB général Leclerc guerre Dachau nazis histoire littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' agnès lambert
  • Le blog d' agnès lambert
  • : blog d'une romancière et nouvelliste prolixe et éclectique qui aime partager son goût pour l'écriture et pour la lecture. https://www.facebook.com/pages/Agn%C3%A8s-Lambert-romanci%C3%A8re-nouvelliste/172197829462950"
  • Contact

Recherche

Liens